TOGO – Entre les volets technique et social : l’actualité du projet d’extension du réseau d’eau potable à Anié

Dans le cadre du jumelage entre la ville d’Anié au Togo (située dans la Région des Plateaux) et la ville de Coulon en France (Département des Deux-Sèvres), s’est constitué le projet d’extension du réseau d’eau potable pour Anié.

La ville d’Anié compte au total 43 000 habitants. Avec ce projet d’extension du réseau, ce sont plus de 12 000 habitants de 6 quartiers de la ville (Boulali, Adeli Come, Kpasse Cope, Babame, Tchabarou et Zongo) qui auront accès à 14 nouvelles bornes fontaines.

Lors de la newsletter de janvier 2019, nous vous partagions le début des travaux. Florence, volontaire en service civique pour l’ADESAF, a pu suivre l’avancement du chantier avec les partenaires togolais et depuis avril, l’entreprise chargée de réaliser les travaux d’extension du réseau a fini la mise en place des 4 200 mètres de canalisations et des bornes fontaines additionnelles.

Mise en service des bornes fontaines

A ce jour, tous les branchements au réseau d’eau potable de la Togolaise des Eaux ont été réalisés et les fontainiers et fontainières ont été nommés pour chaque borne. Le défi actuel est la mise en place du modèle de gestion des bornes fontaines, qui peut différer selon les communes. Le partenaire ARWP (African Rural Water Pro) accompagne cette mise en place. En fonction du modèle choisi, les rôles de la commune, de la Togolaise Des Eaux (TDE), de l’exploitant et des Comités De Quartier (CDQ) peuvent différer. Cette mise en place implique l’élaboration de contrats formalisant la collaboration entre ces acteurs.

Nouvelle borne fontaine

Volet social

Afin que la population d’Anié soit mobilisée sur le sujet et s’approprie l’utilisation des bornes fontaines, des stages sont animés par un partenaire local, l’ODEAH (Organisation pour le Développement Et Actions Humanitaires), mais également par l’AJEAH (Association des Jeunes Engagés pour l’Action Humanitaire) à partir d’Octobre. Ces formations aident à la gestion durable, et à la pérennisation du projet à travers le renforcement de capacités des autorités locales et communautaires et de la population au niveau de la gouvernance.

Lors de ces programmes de sensibilisation adressés à la population, les thèmes suivants sont abordés : la conservation de l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement. Lors des formations destinées aux fontainiers/fontainières, le partenaire indique les pratiques pour une bonne gestion des bornes fontaines.

A l’issue de quelques premières séances, la stratégie de communication ainsi que le calendrier ont été revus, ceci dans le but de toucher une grande partie de la population et afin d’accompagner le calendrier de mise en service des bornes fontaines. Les prochaines sessions auront ainsi lieu dès Septembre 2019.

Etude de la disponibilité de la ressource en eau

En parallèle de ces activités, l’ADESAF anticipe les problématiques potentielles qui peuvent se présenter dans le futur. Les projections de croissance démographique à Anié pour l’horizon 2030 estiment le nombre d’habitants à 80 000, et des changements climatiques se sont fait sentir ces dernières années. Or à ce jour, le système d’adduction en eau potable présente quelques points de vulnérabilité. Ainsi, l’ADESAF a mandaté le partenaire ARWP afin de réaliser une étude sur la disponibilité de la ressource en eau en tenant compte de ces points. Des propositions d’amélioration du système de réseau d’eau potable sont attendues dans le cadre de cette étude.

Prochaine mission en Septembre

Une mission à Anié est planifiée à la fin du mois de Septembre. Les participants pour le compte de l’ADESAF sont Clémentine (Reponsable du projet), Quentin (Directeur), Florine (suivi des projets au Togo), Florence (VSCI Togo), Clémence (VSCI Togo) et Alexandre (suivi du volet social).

Ce projet est porté par la coopération décentralisée entre la ville de Coulon et la ville d’Anié, soutenu par le Ministère des Affaires Étrangères, l’agence de l’Eau Loire-Bretagne, le Syndicat des eaux du Vivier, la Région Nouvelle-Aquitaine ainsi que par l’association de jumelage CAJCA.

Les commentaires sont fermés.