RETOUR SUR LE “WEBCAFÉ SÉCURITÉ ” ORGANISÉ LE 29 AVRIL 2020

Le 29 avril 2020 s’est tenu, via la plateforme Zoom, un webcafé sur la thématique sécuritaire dans le cadre des actions de l’ADESAF, que cela soit lors de missions sur le terrain ou dans le quotidien de notre personnel local.

Ce webcafé, animé par Audrey François, Volontaire en Service Civique basée à Paris en charge du volet sécuritaire de l’ADESAF, avait pour but de présenter aux participants (membres du CA, du Bureau et responsables de projets) des pistes pour la mise en place de nouvelles procédures sécuritaires dans nos pays d’intervention. Les participants étaient également encouragés à partager leurs propres réflexions et expériences. Jusqu’à présent, l’ADESAF ne s’était pas penchée en profondeur sur le sujet, et ne dispose pas encore de document d’engagement en la matière.

En effet, l’ADESAF intervient dans des pays dit « en crise », en particulier dans la zone du Sahel (Burkina Faso-Mali-Niger), où les conditions sécuritaires se dégradent face à l’apparition de groupes armés dans des territoires parfois déjà fragilisés par une situation sanitaire, économique et sociale précaire. En parallèle d’une insécurité due aux conflits, demeurent dans les pays d’intervention de l’ADESAF des insécurités liées :

  • A l’environnement : maladies, inondations, sécheresses, etc.
  • Au genre : agressions, harcèlement, équipes mixtes, etc.
  • Aux troubles socio-politiques : manifestations, troubles politiques, déplacements forcés de populations, etc.

Autant de pistes de réflexion qui nécessitent un plan d’action pour atténuer à la fois la probabilité d’occurrence de ces risques et leur impact s’ils venaient à se réaliser, afin de protéger les membres de l’ADESAF pouvant faire face à ces situations sur le terrain.

Ce travail devrait bénéficier à l’ensemble du personnel de l’ADESAF, à savoir aux délégations de bénévoles et salarié.es en missions ponctuelles, aux Volontaires en Service Civique Internationaux (notamment au Togo), et enfin, aux agents locaux au Mali habitant en « zone rouge ».

Les recherches d’Audrey, ainsi que les échanges nés de ce webcafé, ont donc permis de nourrir nos réflexions et de mettre au jour des solutions pour répondre aux enjeux de sécurité de notre association dans nos pays d’intervention. La mise en place de nouvelles procédures est toujours en cours de développement, et devrait dans les mois qui viennent aboutir à la mise en place d’un document cadre officialisant la position de l’ADESAF face aux risques répertoriés.

Les commentaires sont fermés.