Mali – Retour sur la formation à la participation citoyenne pour les femmes d’Iréli et de Tiréli

Les succès qu’ont été les projets d’Iréli et de Tiréli ont permis aux femmes des deux villages d’acquérir une indépendance professionnelle (et à terme, financière), à travers le maraîchage et la mise en place des coopératives. Ces initiatives accompagnées par l’ADESAF, ont besoin, pour être pérennes, de s’inscrire dans une véritable dynamique citoyenne qui donne la place aux femmes.

Les 8 et 9 novembre 2018, se sont tenues à Sangha, deux journées de formation sur la participation citoyenne des femmes. Pas moins de 65 personnes ont assisté à cette formation, dont 52 femmes. La formation était animée par Achimy Madougou (Chef de la Division Promotionnelle de la Femme à la Direction Régionale de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille de Mopti), Mouctar Kassogué, le coordinateur local du projet, et Monsieur Dolo, 1er adjoint au Maire de Sangha.

La formation, qui s’est étalée sur deux jours, a été l’occasion de rappeler les bases de la citoyenneté malienne : les droits et les devoirs de chacun, l’importance de la participation citoyenne, etc. Ces premiers rappels (à l’attention des femmes notamment) étaient véritablement nécessaires pour la bonne compréhension des enjeux de la participation citoyenne.

En effet, si les femmes représentent une part importante de la population malienne (51%), elles sont souvent marginalisées socialement : elles sont les plus pauvres, les plus analphabètes et les moins représentées dans les affaires publiques. Contribuables, usagères et bénéficiaires des services de l’Etat au même titre que les hommes, elles restent pourtant en retrait et participent peu aux prises de décisions publiques. Les raisons de cet effacement sont diverses et complexes : qu’elles soient d’ordre économiques, socioculturelles, institutionnelles ou encore psychologiques, toutes empêchent les femmes de prendre part à la vie publique.

Les 8 et 9 novembre derniers, intervenant.e.s et participant.e.s étaient bien décidé.e.s à trouver des solutions pour améliorer la participation des femmes dans la vie politique locale. Une des principales solutions évoquées pour contrer ce phénomène a été la décentralisation : en effet, celle-ci permettrait, d’une part, de traiter des affaires publiques au plus près du terrain et d’autre part, de ne pas cantonner les activités décisionnelles à des sphères inaccessibles. A cela s’ajoutaient d’autres mesures tout aussi significatives, comme la promotion des initiatives portées par des femmes, le déblocage de fonds pour leurs projets, la multiplication des formations et des campagnes de sensibilisation sur l’importance de la participation citoyenne féminine, un meilleur accès aux moyens et aux facteurs de production, un nombre croissant de femmes candidates aux différentes élections, un soutien plus important apporté aux institutions qui promeuvent et accompagnent les femmes, etc.

Ces deux journées de formation ont donc été l’occasion de réaliser un état des lieux de la participation citoyenne des femmes, de sensibiliser les femmes de ces deux villages à l’importance de ce volet et de poser les bases d’un engagement civique solide dans la région. Ce travail sera poursuivi dans un prochain projet.

Cette formation a pu être réalisée grâce au soutien financier de la mairie d’Allonnes, du conseil départemental du Val-de-Marne, du dispositif action internationale de la région Ile-de-France, du FORIM, de la Fondation Un Monde par Tous et de la réserve parlementaire de Joëlle Garriaud-Maylam.

Les commentaires sont fermés.